Hermine, Roumanie, 9 mai 2020

Un silence déroutant

Hermine nous partage ce silence imposé par le confinement. Prendre le temps, recueillir, créer, photographier, écrire, vivre…

Le silence s’est installé, un silence déroutant. Le grand portail bleu s’est fermé, une barrière qui nous sépare de tous nos amis. Mais cette distance invite au recueillement. Se souvenir des visages aimés, des rencontres vécues, des souffrances approchées, des joies partagées et “méditer tout cela dans son cœur”. Prendre le temps de donner à ces souvenirs éphémères un ancrage profond dans l’âme libérée du tourbillon des choses-à-faire et des choses-à-penser. Recueillir le bruissement du quotidien, la clarté lente du jour et apprécier enfin tous ces objets insignifiants qui nous entourent. Créer, pour donner à tous ces instants une densité plus vive, une valeur jusqu’ici insoupçonnée. Peindre une icône comme une prière pour tous ces amis chers. Photographier la lumière du jour, ce jour où nous approchons davantage la solitude de nos amis les plus rejetés. Ecrire pour continuer à contempler le fragile mystère que chacun d’eux recèle. Vivre au rythme de l’âme et être attentif à l’hymne de gratitude qui s’élève imperceptiblement.

Regarder, écouter, faire un peu de place pour recueillir la fraîcheur du temps qui s’écoule. Cette puissante beauté ; jamais confinée.